voile-deuil-signification
La mort et ses symboles

Le voile de deuil : un accessoire funéraire de nouveau en vogue ?

Aujourd’hui, on va parler d’un accessoire de mode un peu particulier : le voile de deuil. Vous savez, ce truc noir que certaines personnes portent aux enterrements ? Eh bien, il a toute une histoire derrière lui !

C’est quoi exactement un voile de deuil ?

Imaginez un voile noir, généralement en dentelle ou en tulle, assez fin pour voir au travers. Certains sont tout petits et couvrent juste les yeux, d’autres descendent jusqu’aux pieds. Bref, c’est varié !

Mais pourquoi se cacher derrière un voile ?

Il y a plein de raisons :

  • Pour cacher ses larmes. Parce que bon, on n’a pas toujours envie que tout le monde nous voie pleurer, pas vrai ?
  • Pour avoir un peu d’intimité. Certains préfèrent vivre leur chagrin en privé.
  • Pour montrer qu’on est en deuil. C’est comme un panneau qui dit “Je suis triste, merci de respecter ça”.
  • Par tradition. À une époque, ça voulait dire “Je suis tellement triste que je m’en fiche d’être à la mode”.
  • Et croyez-le ou non, c’était aussi pour décourager les avances des hommes. Genre “Pas touche, je suis en deuil !”.

D’où ça vient, cette idée ?

Tout ça, on le doit à la reine Victoria. Quand son mari Albert est mort, elle a décidé de porter du noir pour le reste de sa vie. Et comme c’était la reine, tout le monde l’a copiée. C’était la grande mode du 19ème siècle !

Le deuil, c’était tout un art à l’époque :

  • Première année : Full black, voile épais et tout.
  • 9 mois suivants : On commence à relever le voile.
  • Après ça : On passe au gris ou au violet foncé. Ouf, un peu de couleur !
  Quelles sont les différentes couleurs du deuil dans le Monde ?

Les hommes, eux, s’en tiraient avec un simple costume sombre. 

Le côté moins glamour de l’histoire

Bon, ce n’était pas tout rose (ou plutôt tout noir) non plus :

  • Ça coûtait un bras. Imaginez devoir refaire toute votre garde-robe en noir !
  • Les tissus utilisés étaient parfois toxiques. Genre, avec de l’arsenic dedans. Oui, oui, vous avez bien lu.
  • C’était super inconfortable. Essayez de respirer à travers deux couches de tissu épais en plein été…
  • Certaines femmes sont même tombées malades à cause de ces vêtements. 

La fin de la mode funèbre ?

Avec la Première Guerre mondiale, les gens ont eu d’autres chats à fouetter que de s’inquiéter de leur tenue de deuil. Mais le voile n’a jamais complètement disparu.

Aujourd’hui, c’est devenu plus un accessoire de mode. On le voit souvent aux funérailles de célébrités, porté comme un clin d’œil élégant.

Alors, voile ou pas voile ?

C’est vous qui voyez ! Personne ne va vous juger si vous n’en portez pas. Si vous décidez d’en mettre un, optez pour un modèle court et léger. Et surtout, vérifiez qu’il n’y a pas d’arsenic dedans (je plaisante, évidemment !).

L’essentiel, c’est de vous sentir à l’aise et de rendre hommage à votre proche comme vous le sentez. Après tout, le deuil, c’est personnel.

Voilà, vous savez tout sur cette drôle de tradition ! La prochaine fois que vous verrez quelqu’un avec un voile noir, vous pourrez impressionner vos amis avec votre savoir. Mais évitez peut-être de parler d’arsenic aux funérailles, hein ?

Sources :
Levy, Lisa. “Women’s Expressions of Grief, from Mourning Clothes to Memory Books.” JSTOR Daily. 10 décembre 2014.
Raymond, Chris. “The Origins and History of Widow’s Weeds.” Very Well Health. 15 mars 2020.
Sears, Jocelyn. “Wearing a 19th-Century Mourning Veil Could Result in — Twist — Death.” Racked. 29 mars 2018.

  Tout savoir sur la fête des morts (Día de los Muertos) au Mexique

Mélissa T, journaliste et rédactrice web, est l'esprit curieux derrière "Death Chronicles", un blog original qui aborde la mort de manière décalée. Passionnée par le sujet depuis sa jeunesse, elle a lancé ce blog pour démystifier la mort, offrant des informations précises avec une touche d'humour et d'irrévérence. Mélissa explore tous les aspects de la mort, des aspects historiques et culturels aux avancées médicales, tout en couvrant des sujets sensibles tels que le deuil et les rituels funéraires. Son approche sensible et empathique donne une voix à ceux qui sont souvent oubliés dans le récit de la mort, et "Death Chronicles" est devenu une ressource inestimable pour ceux qui cherchent à comprendre et à célébrer la fin inévitable de notre voyage terrestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *