etude-experience-mort-imminente
La mort et ses symboles

Expérience de mort imminente (EMI) : une nouvelle étude confirme que le cerveau est actif après la mort 

Une nouvelle étude révèle que certains patients “décédés” mais survivants font état d’expériences lucides de mort imminente.

Chez Death Chronicles, nous sommes fascinés par les EMI, à savoir les expériences de mort imminente, appelées NDE (Near Death Experience) chez nos voisins anglo-saxons. 

Les scientifiques accélèrent d’ailleurs leurs recherches dans ce domaine. Une récente étude menée par le chercheur Sam Parnia, spécialiste de la mort imminente, sur la conscience de patients dont le cœur s’est arrêté, fournit des données de base supplémentaires sur les circonstances dans lesquelles de nombreuses expériences de mort imminente se produisent.

Et c’est assez fascinant ! 

On apprend ainsi que chez certains patients ayant subi un arrêt cardiaque, une activité cérébrale intense pendant la réanimation cardio-pulmonaire peut être le signe d’une “expérience de mort imminente”

Que se passe-t-il après la mort ?

Mais que se passe-t-il lorsque nous mourons réellement, c’est-à-dire lorsque notre cœur s’arrête et que l’activité électrique de notre cerveau se stabilise ?

L’homme se pose cette question depuis des temps immémoriaux. Les textes religieux sont capables de fournir une multitude d’explications. De leur côté, les scientifiques progressent dans la compréhension du processus cérébral de transition entre la vie et la mort.

Tout récemment, ces progrès ont été rendus possibles grâce à des recherches qui ont permis d’observer le cerveau de personnes qui étaient en train de mourir. Certaines de ces personnes ont été en mesure de raconter ce qu’elles ont vécu. Selon des résultats publiés le 14 septembre dans la revue Resuscitation, le cerveau de certains patients ayant subi un arrêt cardiaque s’est mis à fonctionner à plein régime pendant la réanimation cardio-pulmonaire, même si leur cœur s’est arrêté de battre pendant près d’une heure. Un petit groupe de participants à l’étude qui ont survécu ont pu se souvenir de l’expérience, et une personne a pu identifier un stimulus audio diffusé pendant que les médecins essayaient de la réanimer.

  Pourquoi ces 5 animaux sont associés à la mort ?

Les chercheurs interprètent les enregistrements cérébraux qu’ils ont effectués sur ces patients comme des marqueurs d'”expériences lucides de la mort” – une observation qui “n’avait jamais été possible auparavant”, déclare l’auteur principal, Sam Parnia, professeur agrégé de médecine à la NYU Langone Health et chercheur de longue date sur ce qui arrive aux gens lorsqu’ils meurent. 

Une nouvelle étude sur les EMI

Les “expériences de mort évoquées” – terme que Sam Parnia préfère à celui d'”expériences de mort imminente” – ont été rapportées dans diverses cultures tout au long de l’histoire. Certains scientifiques occidentaux ont rejeté ces récits en les qualifiant d’hallucinations ou de rêves, mais récemment, quelques équipes de recherche ont commencé à s’intéresser plus sérieusement à ces phénomènes en les considérant comme un moyen d’étudier la conscience et de faire la lumière sur les mystères de la mort.

Dans cette nouvelle étude, Sam Parnia et ses collègues ont cherché à trouver une signature biologique des expériences de mort dont on se souvient. Ils ont fait équipe avec 25 hôpitaux, principalement aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le personnel médical a utilisé des appareils portables qui pouvaient être placés sur la tête des patients en situation d’urgence cardiaque afin de mesurer les niveaux d’oxygène et l’activité électrique de leur cerveau sans interférer avec leur traitement médical. 

Les chercheurs ont également testé les perceptions conscientes et inconscientes en plaçant des écouteurs sur les patients qui diffusaient un enregistrement répété des noms de trois fruits : banane, poire et pomme. En termes d’apprentissage inconscient, une personne qui ne se souvient pas d’avoir entendu ces noms de fruits mais à qui l’on demande de “penser à trois fruits au hasard” peut tout de même donner la bonne réponse, explique Sam Parnia. Des recherches antérieures ont montré, par exemple, que même des personnes plongées dans un coma profond peuvent apprendre inconsciemment le nom de fruits ou de villes si ces mots leur sont chuchotés à l’oreille.

  Top des 10 fêtes des morts dans le monde

Entre mai 2017 et mars 2020, 567 personnes ont subi un arrêt cardiaque dans les hôpitaux participants. Le personnel médical a réussi à recueillir des données exploitables sur l’oxygène et l’activité cérébrale de 53 de ces patients, dont la plupart présentaient un état électrique plat sur les moniteurs cérébraux électroencéphalographiques (EEG). Mais environ 40 % d’entre eux ont ensuite connu une activité électrique qui est réapparue à un moment donné avec des ondes cérébrales normales ou proches de la normale, compatibles avec la conscience. 

Sur les 567 patients, seuls 53 ont survécu. Les chercheurs ont interrogé 28 des survivants. Ils ont également interrogé 126 personnes de la communauté qui avaient subi un arrêt cardiaque, car l’échantillon de survivants de la nouvelle étude était très réduit. Près de 40 % des personnes interrogées ont déclaré avoir eu une certaine perception de l’événement sans en avoir de souvenirs précis, et 20 % ont semblé avoir eu une expérience de la mort dont ils se souvenaient. Dans ce dernier groupe, beaucoup ont décrit l’événement comme une “évaluation morale” de “leur vie entière et de la manière dont ils se sont comportés”, explique Parnia.

Lors des entretiens avec les survivants, les chercheurs ont constaté qu’une seule personne était capable de se souvenir des noms des fruits qui avaient été joués pendant la réanimation cardio-pulmonaire. Sam Parnia reconnaît que cette personne aurait pu deviner les bons fruits par hasard.

Qu’est ce que ces résultats impliquent ?

Lui et ses collègues ont élaboré une hypothèse de travail pour expliquer leurs résultats. Normalement, le cerveau dispose de “systèmes de freinage” qui filtrent la plupart des éléments de la fonction cérébrale hors de notre expérience de la conscience. Cela permet aux gens d’agir efficacement dans le monde, car dans des circonstances normales, “vous ne pourriez pas fonctionner en ayant accès à l’ensemble de l’activité de votre cerveau dans le domaine de la conscience”.

  Le concept de la mort dans la littérature et l'art : une réflexion sur la représentation de la mort à travers les siècles

Les résultats soulèvent également des questions sur la résistance du cerveau au manque d’oxygène. Il se pourrait, selon Sam Parnia, que certaines personnes que l’on considère traditionnellement comme irrécupérables puissent en fait être ramenées à la vie. “Les médecins pensent généralement que le cerveau meurt lorsqu’il est privé d’oxygène pendant cinq à dix minutes”, explique-t-il. “Nous avons pu montrer que le cerveau est assez robuste en termes de capacité à résister à la privation d’oxygène pendant des périodes prolongées, ce qui ouvre de nouvelles voies pour trouver des traitements pour les lésions cérébrales à l’avenir.

Mélissa

Mélissa T, journaliste et rédactrice web, est l'esprit curieux derrière "Death Chronicles", un blog original qui aborde la mort de manière décalée.

Passionnée par le sujet depuis sa jeunesse, elle a lancé ce blog pour démystifier la mort, offrant des informations précises avec une touche d'humour et d'irrévérence.

Mélissa explore tous les aspects de la mort, des aspects historiques et culturels aux avancées médicales, tout en couvrant des sujets sensibles tels que le deuil et les rituels funéraires. Son approche sensible et empathique donne une voix à ceux qui sont souvent oubliés dans le récit de la mort, et "Death Chronicles" est devenu une ressource inestimable pour ceux qui cherchent à comprendre et à célébrer la fin inévitable de notre voyage terrestre.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *