Interviews de spécialistes

Conseils d’expert : faciliter la fin de vie et le deuil avec une accompagnante professionnelle 

Grâce à la magie des réseaux sociaux, nous avons découvert le travail de Danièle Cusin-Brunner, accompagnante au deuil et officiante de funérailles laïques et civiles, maître de cérémonie funéraire. Elle a très gentiment accepté de nous parler de son incroyable métier, de son parcours, et des bénéfices que peut apporter une thanadoula. 

Pouvez-vous nous partager ce qui vous a inspiré à devenir accompagnante au deuil et officiante de funérailles laïques ?

C’est une longue aventure. Je vais essayer d’être simple. Je suis aussi officiante de cérémonies symboliques pour les mariages. Et à vrai dire, c’est ainsi que j’ai commencé. En 2016, je me suis lancée dans ce métier-là. Mais au plus profond de moi, je voulais pouvoir célébrer toutes les étapes de la vie, y compris les funérailles. Ce n’était simplement pas le moment… Jeune maman, jeune entrepreneur, je n’étais pas prête. Puis en 2018, je me suis formée pour devenir Célébrante de Vie, mais surtout pour devenir Célébrante funéraire laïque. Et c’est ainsi que j’ai fait mes premiers pas comme officiante laïque de funérailles. 2020 est arrivé… Beaucoup de remise en question, plus de temps, la mort qui reprend une place au centre de notre société et trop d’ami.e.s autour de moi qui ont perdu leur bébé en cours de grossesse ou juste après l’accouchement… Un tournant de ma vie. Et des discussions avec mes consoeurs et confrères officiant.e.s pour les mariages qui portent sur les funérailles… 

Je comprends alors que ma place est encore plus auprès des endeuillés. Je décide donc de créer “Rien que pour vos étoiles” pour dissocier ce que je fais pour les mariages de ce que je fais pour les funérailles. Et je commence à m’interroger sérieusement sur ce que je peux faire en plus pour les endeuillés… Germe ainsi doucement l’idée de devenir thanadoula. 

Et Couleur Plume croise ma route au hasard d’une discussion. Nous sommes en février 2021. Je prends contact et en avril 2021, je fais ma première immersion avec Couleur Plume, sur le deuil périnatal. Ces quelques jours confirment ce que je ressentais… Je veux devenir accompagnante du deuil en plus de ma casquette de Célébrante funéraire laïque. J’intègre donc la formation longue de Couleur Plume pour devenir accompagnante de la fin de vie et du deuil. Une formation étalée sur 9 mois, commencée en septembre 2021 et achevée en juin 2022.

Et depuis septembre 2022, je suis donc officiellement Accompagnante Professionnelle du deuil, certifiée Couleur Plume et membre de l’association, ainsi que Célébrante funéraire laïque. Et c’est vraiment grâce à ces deux facettes de mon métier que je me sens à ma juste place auprès des endeuillés… 

  Conseils d’expert : faire son deuil plus facilement grâce à l'hypnose

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste exactement le rôle d’une thanadoula et en quoi cela se distingue de l’officiant de cérémonie funéraire traditionnel ?

Une thanadoula peut faire des rituels pour accompagner les familles et les endeuillés. Mais sa principale tâche est d’être à leurs côtés pour les aider à avancer sur leur chemin de deuil. 

Un officiant de cérémonie funéraire célèbre les funérailles d’un défunt de manière totalement personnalisée en créant pour le défunt une cérémonie sur-mesure retraçant sa vie, sa personnalité, qui il était. Tout en tenant compte des souhaits qu’il ou elle pouvait avoir émis quant à sa cérémonie ainsi que des besoins et envies de la famille du défunt. 

En tant que Célébrante funéraire, je vais prendre le temps nécessaire avec la famille pour préparer et créer une cérémonie de funérailles qui sera une étape importante, un vrai rituel marquant leur entrée dans le processus de deuil. Il m’est essentiel de rendre l’hommage le plus juste et le plus personnel possible tout en apportant de la douceur, de la bienveillance et de la sérénité dans ce moment si particulier qu’est la cérémonie de funérailles.

Bien évidemment, il y a un lien entre ma casquette de thanadoula et celle de Célébrante funéraire laïque. Parce que l’une impacte l’autre et vice versa. Parce que les compétences de chacune ont développé des compétences dans l’autre. Parce qu’il est tout à fait possible que je célèbre des funérailles et que je suive ensuite un proche du défunt en tant qu’Accompagnante du deuil. Tout comme je peux intervenir auprès de la famille dès le décès, puis ensuite célébrer les funérailles de leur cher disparu. Mais dans la plupart des cas, je suis ou Accompagnante du deuil (thanadoula) ou Célébrante funéraire pour les endeuillés que j’accompagne.

En tant que thanadoula, vous offrez un accompagnement tout au long du chemin du deuil. Comment votre formation chez Couleur Plume vous a-t-elle préparée à cet aspect spécifique de l’accompagnement et quelles différences cela apporte-t-il dans votre approche ?

Ma formation chez Couleur Plume m’a donné tous les outils nécessaires pour devenir thanadoula. Mais bien plus encore. Parce que la formation que j’ai choisie de suivre avec Couleur Plume, ça a aussi été une vraie introspection personnelle, une plongée au coeur de moi comme Célébrante funéraire, comme future Accompagnante du deuil, comme entrepreneur aussi.

Nous y avons abordé la fin de vie, le deuil, les deuils. Les émotions, les aspects physiques, ceux plus psychologiques aussi. La place des enfants, les deuils spécifiques et tant d’autres choses. C’était intense, complet, puissant. 

Cette formation est la base de toute mon approche en tant que thanadoula. Bien évidemment, j’ai acquis des compétences et des connaissances par d’autres biais, les lectures, les échanges entre professionnels et des formations complémentaires entre autres, mais c’est vraiment Couleur Plume qui a fait de moi l’Accompagnante du deuil que je suis aujourd’hui. Dans ma couleur, avec ma sensibilité à moi, tout simplement.

  Conseils d’expert : faire son deuil plus facilement grâce à l'hypnose

Dans votre description, vous parlez du deuil comme d’un “chemin unique”. Comment adaptez-vous votre accompagnement en fonction des besoins individuels de chaque personne en deuil et quelles sont les principales valeurs que vous cherchez à transmettre dans ce processus ?

Oui, chaque deuil est unique. Le processus de deuil est un processus naturel qui se met en place, et cela chez tout le monde. Mais il va être influencé, modifié en fonction de tellement de facteurs que cela en fait à chaque fois un deuil unique, le vôtre. 

Voilà pourquoi il est essentiel dans mes accompagnements que je m’adapte à chacun des endeuillés dont j’accompagne les pas sur ce chemin. Je vais tenir compte de leurs besoins, leur offrir un espace sécure et sécurisant pour poser, déposer, raconter, dire exprimer… Et ainsi utiliser mes outils en fonction de ce qu’ils vivent.

Je ne cherche pas particulièrement à transmettre de valeurs lors de mes accompagnements. Par contre, bien évidemment, je m’appuie sur les valeurs qui sont mes piliers. Ce qui m’importe, c’est d’offrir mon écoute, ma bienveillance et cet espace de dépose que je viens de mentionner aux endeuillés que j’accompagne. Et qu’ils puissent le faire dans un espace sécure pour eux, libre de tous jugements, au plus près de leurs besoins. Pouvoir raconter encore et encore, pouvoir parler de la personne que l’on a perdue, pouvoir déposer ses émotions, c’est tellement fort….

En tant qu’officiante de funérailles laïques, vous devez créer des cérémonies personnalisées. Comment assurez-vous que chaque cérémonie reflète véritablement la vie et la personnalité du défunt tout en offrant un espace de soutien aux proches en deuil ?

C’est là toute la magie de mon travail de Célébrante laïque. J’ai envie de dire, autant que faire se peut compte tenu des délais propres aux obsèques en France, en leur offrant du temps et de l’écoute. Pour qu’ils me parlent de leur défunt, de quelle personne il ou elle était, de ce lien qu’ils avaient avec leur cher disparu. Puis je les questionne aussi. Sur ce que le défunt souhaitait pour sa cérémonie, sur ce qu’ils souhaitent eux. Sur comment ils ont envie de lui rendre hommage. Mais plus que tout, je suis là pour eux. Avec de la douceur, de la bienveillance, je crée avec et pour eux une cérémonie qui va refléter leur défunt au plus près de ce qu’il est. 

  Conseils d’expert : faire son deuil plus facilement grâce à l'hypnose

En fait, chaque cérémonie de funérailles que je célèbre, c’est une page blanche qui va prendre la couleur de chacun des défunts dont j’ai l’honneur de célébrer les funérailles.

Le deuil entraîne souvent une perte de repères. Comment contribuez-vous à restaurer un sentiment de sécurité et de douceur dans la vie des personnes en deuil, que ce soit à travers des cérémonies ou des accompagnements individuels ?

Je vais distinguer mes deux facettes pour répondre à cette question.

En tant qu’officiante de funérailles laïques, c’est la cérémonie qui est l’élément central. Un vrai rituel, un point d’ancrage nécessaire pour entrer pleinement dans le processus de deuil. Et c’est pourquoi il m’est essentiel que chacune de mes cérémonies puisse apporter de la douceur et de la sérénité aux personnes qui restent. Parce que justement, elle va devenir un repère pour les proches. 

En tant qu’Accompagnante du deuil, cela va dépendre du chemin de deuil que va emprunter l’endeuillé que j’accompagne et de comment il avance dans son processus. Le deuil est un processus qui va et vient, qui oscille entre des moments où on avance bien, d’autres où on va moins vite, et d’autres qui donnent l’impression de reculer parfois. Il m’est donc essentiel de soutenir les endeuillés à chacun de leurs pas en fonction de ce qui est important pour eux à ce moment-là… Offrir des balises pour que doucement, ils retrouvent leurs repères…

Comment envisagez-vous l’évolution de votre rôle d’accompagnante ?

Oh, c’est une vaste question. D’une part parce que je suis au début de ma carrière d’Accompagnante, et d’autre part parce que cela va aussi dépendre de l’évolution de notre société et de la place qu’elle donne à la mort et aux endeuillés… Deux sujets encore trop tabou…

Mais j’ai vraiment à coeur de pouvoir continuer à être là pour les endeuillés, au travers de mes suivis individuels, mais aussi au travers de cafés mortels, de groupe de parole, d’ateliers et qui sait, peut-être même de conférences. Et ceci, tout en continuant de les accompagner aussi au niveau des funérailles, je crois fort en l’importance de ce moment.

Et j’ai envie de poursuivre mon engagement dans certains deuils plus spécifiques, tels que le deuil périnatal, le deuil animalier et le deuil en entreprise. Des deuils dont on ne parle pas assez et pour lesquels, à mes yeux, ma place d’accompagnante prend encore plus de sens tant ils sont encore tabous.

Retrouvez Danièle sur Instagram et Facebook
Vous souhaitez en savoir plus ou prendre contact ? Rendez-vous sur le site de notre expert : https://rienquepourvosetoiles.com/

Mélissa

Mélissa T, journaliste et rédactrice web, est l'esprit curieux derrière "Death Chronicles", un blog original qui aborde la mort de manière décalée.

Passionnée par le sujet depuis sa jeunesse, elle a lancé ce blog pour démystifier la mort, offrant des informations précises avec une touche d'humour et d'irrévérence.

Mélissa explore tous les aspects de la mort, des aspects historiques et culturels aux avancées médicales, tout en couvrant des sujets sensibles tels que le deuil et les rituels funéraires. Son approche sensible et empathique donne une voix à ceux qui sont souvent oubliés dans le récit de la mort, et "Death Chronicles" est devenu une ressource inestimable pour ceux qui cherchent à comprendre et à célébrer la fin inévitable de notre voyage terrestre.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *